Première rencontre – activité de photo langage

IMG_0896

On a demandé aux participants de choisir une photo qui illustre ce que leur fait vivre l’argent.  En petit groupe, ils ont discuté de leur photo. Pourquoi ont-ils fait ce choix?

On leur a ensuite proposé de réaliser, en équipe, un collage pour présenter le résultat de leurs échanges aux autres membres du groupe. Voici les résultats!

 

Équipe 1

Équipe1

« Nous avons choisi de présenter les liens qui unissent nos trois images. Chaque photo évoque un champ important de la société, soit l’art et la culture, les richesses naturelles et le pouvoir politique.

En haut, nous avons les premières nations qui n’ont pas les mêmes droits que les autres membres de la société. Ceux qui exploitent les terres autochtones sont ceux qui surconsomment et qui ne comprennent pas la valeur inestimable de l’eau. Le pouvoir politique favorise l’hyperconsommation qui met en danger la qualité de l’eau.

Nous avons choisi Barack Obama pour représenter à la fois le pouvoir politique et les difficultés vécues par les personnes racisées. Même s’il avait beaucoup d’argent avant d’être élu, Barack Obama n’a pas pu faire tout ce qu’il voulait parce qu’il est noir. Il est l’homme le plus puissant du monde, mais moins que s’il avait été blanc. D’ailleurs, on lui accole toujours l’étiquette de personne « noire » même si sa mère est blanche. Il est victime de préjugés, comme les gens qui vivent de l’aide sociale. Les difficultés rencontrées par les personnes racisées sont similaires à celles vécues par les Autochtones. »

 

Équipe 2

Équipe2

« Chaque personne de notre groupe a une relation, une attitude, super différentes par rapport à l’argent. Nous avons donc choisi de présenter ces divergences sur deux lignes, chacune marquée par des extrêmes. »

 

Indifférence (survie) – Questionnement

« Sur l’axe horizontal, on retrouve d’abord l’indifférence (survie). Que je sois riche ou pauvre, je mange des crêpes. Je suis donc indifférent à l’argent. En même temps, l’argent m’aide à survivre en me permettant de manger.

À l’autre extrême, le questionnement. Je ne sais pas où me situer par rapport à l’argent. Que signifie l’argent pour moi? »

 

Pouvoir sur sa vie – Clarté

« Sur l’axe vertical, on voit, en haut, l’espoir. J’aspire à un monde meilleur, mais comment faire pour rééquilibrer la richesse, pour reprendre du pouvoir sur ma vie? Comment faire pour accéder à cette tour infernale (voir photo)?

En bas, on retrouve la dualité. Quand tu as de l’argent, tu es libre. C’est l’intérieur du visage sur l’image. Nous, on vit à l’extérieur, dans le manque d’argent. »

 

Équipe 3 

Équipe3

« J’ai choisi une femme sur la plage pour représenter mon rôle comme arrière grand-maman.  Je suis face à l’immensité de la mer qui symbolise les possibilités que m’offrent mon budget. Maintenant que je reçois ma pension de vieillesse, j’ai plus d’argent alors comme arrière-grand-mère, je peux gâter mon arrière-petit-fils. Quand j’avais mes enfants, je ne pouvais pas les gâter autant parce que je devais voir mes priorités. La liberté que j’ai maintenant, je ne l’avais pas avant. Des fois, je me dis, ça prend de l’argent dans la vie, qu’on le veuille ou non. Il faut payer le loyer, la nourriture, etc. J’avais l’idée que l’argent, c’est sale, mais ça change un peu. »

« Moi, j’ai voulu représenter l’environnement. Si on la respecte, la nature est généreuse. Elle donne des fruits et des légumes. L’arbre donne de l’ombre et du vent. Je vois la possibilité d’un jour meilleur, mais il faut que les gouvernements changent leur mode de gestion de l’écosystème. »

« J’ai choisi une image avec des paysans parce que je viens d’une ferme. Si on regarde les gens sur cette photo, on peut penser qu’ils sont malheureux, mais moi, je vois autre chose. On peut être heureux même quand on est pauvre parce qu’on a un support communautaire. On brise l’isolement. Quand j’étais petite, si tous les membres de ma famille n’avaient pas travaillé sur la ferme, on n’aurait jamais survécu. Ensemble, on est plus fort que seul. »

 

Équipe 4

Équipe4

« J’ai choisi l’image des clés. Chaque clé correspond à un besoin (besoin de se loger ou de manger, par exemple). Une clé est seule, c’est la clé du cœur, celle qui permet que les choses arrivent… Elle me représente aussi. Je viens d’une famille extrêmement aisée. Le matériel était très important. Comme si l’être n’avait pas sa place. Je ne me retrouvais pas dans cette famille-là. J’ai fait ma vie à part. L’argent donne accès à tout (voyage, matériel, etc.), mais il n’achète pas l’amour. Il n’achète pas mon cœur. C’est pas parce que tu as de l’argent que tu as accès à moi. J’ai connu la grande richesse et la plus grande pauvreté. J’ai choisi l’équilibre entre les deux. »

« Sur mon image, on voit l’abondance de nourriture. Et on pense que c’est de la qualité. En même temps, ce n’est qu’apparence. Ce n’est pas nécessairement de la qualité parce que la production de nourriture est contrôlée par des grandes corporations. Mais quand on regarde, ça a l’air bon. »

« Les victuailles réfèrent au partage. Je voulais représenter la commensalité, l’idée de célébrer ensemble, entre amis, entre voisins ou avec la famille. Quand j’étais petit, dans ma famille, on s’appelait pour se dire « on va tous cuisiner chez Pierrot! » et on se rejoignait pour faire la cuisine ensemble. Maintenant, je fais ça avec mes enfants et leurs amis. On passe la journée et la soirée ensemble. Ce n’est pas nécessaire d’avoir l’abondance pour arriver à partager. Il suffit d’être ensemble et de briser l’isolement. »