Equifax et TransUnion ne veulent pas votre bien!

 

pointage-de-credit-moyenne

On le sait, l’endettement des ménages atteint des taux record. Au Canada, le taux d’endettement tourne autour de 177%. Ça veut dire qu’en moyenne, les Canadiens et Canadiennes doivent près de 1,77 $ pour chaque dollar gagné (après impôt).

Les gouvernements, les banques et les économistes s’inquiètent beaucoup de cette situation. On invite les consommateurs à la prudence et on fait craindre le pire à ceux et celles qui n’auraient pas un beau dossier de crédit. À un point tel que les bureaux de crédit (Equifax et TransUnion) sont devenus une référence quand vient le temps de décider si une personne mérite du crédit, un logement ou même un emploi.

Toutefois, ce qu’on ne dit pas souvent, c’est que ces mêmes bureaux de crédit ont une part de responsabilité dans l’endettement des ménages qui nous préoccupe tant. En effet, le système qu’ils utilisent pour calculer le sacro-saint pointage de crédit peut contribuer au surendettement des individus.

Pour souligner la journée mondiale des droits des consommateurs (15 mars), nous vous proposons d’explorer cette question et de poser un regard critique sur les bureaux de crédit. 

 

Dossier de crédit et pointage de crédit, c’est quoi la différence?

Un dossier de crédit est un document qui regroupe plusieurs informations sur votre situation financière. Il permet de vous identifier, de connaître votre niveau d’endettement, mais surtout de savoir si vous remboursez vos dettes. 

Les données contenues dans le dossier de crédit sont ensuite regroupées et calculées afin d’obtenir un pointage de crédit.

Le pointage de crédit est donc un chiffre que les prêteurs peuvent utiliser pour les aider à décider s’ils acceptent ou non de vous donner du crédit.

 

Quand le pointage de crédit pousse au surendettement

On ne sait pas exactement comment est calculé le pointage de crédit. La méthode de calcul est gardée bien secrète. Cependant, certains éléments sont eux bien connus, et pourraient mener plusieurs personnes tentées d’améliorer leur score vers davantage d’endettement. Pour mieux comprendre, regardons de plus près chacune des données utilisées dans le calcul et la façon dont elle peut encourager des comportements pouvant mener au surendettement.

 

  1. L’historique des paiements

Un consommateur qui fait ses paiements à temps sur tous ses comptes aura un bon pointage.

 

Le problème :

  • Effectuer le paiement minimum de votre carte de crédit est suffisant pour avoir un bon historique de paiement. Pourtant cela revient à payer des sommes faramineuses en intérêts aux compagnies de carte de crédit au fil du temps.
  • Une personne qui n’a pas de crédit n’a pas d’historique. Cela affecte son pointage de crédit… encourageant ainsi l’utilisation du crédit pour se construire un «nom».

 

  1. L’utilisation du crédit disponible

Pour maintenir un bon pointage, il faudrait utiliser moins de 35% de notre limite de crédit.

 

Le problème :

  • Si on suit cette logique, il serait mieux d’avoir plusieurs cartes de crédits peu utilisées, qu’une seule qui est pleine. Toutefois, avoir plusieurs cartes de crédit augmente énormément la capacité d’endettement d’une personne.
  • Pour améliorer leur pointage de crédit, certaines personnes décident d’augmenter leur limite de crédit pour une carte dans le but d’avoir un taux d’utilisation plus bas. Ce faisant, ils améliorent peut-être leur pointage, mais ils augmentent aussi grandement leur capacité d’endettement.
  • Bref, ces deux exemples démontrent qu’avec le pointage de crédit, on tient davantage compte du rapport dette-crédit, plutôt que du rapport dette-revenus.

 

  1. La période couverte par les antécédents en matière de crédit

Plus le compte est ouvert depuis longtemps, plus cela affectera positivement le pointage

 

Le problème :

  • Les jeunes et les personnes immigrantes sont désavantagées du fait que leur compte (quand ils en ont un) est récent. Ils devront donc se construire un «nom» en utilisant du crédit.
  • Fermer un compte plus ancien pour en ouvrir un nouveau pourrait être nuisible : ceux qui voudraient changer de banque parce qu’ils sont insatisfaits seront donc désavantagés.

 

  1. Le nombre de demandes de renseignements ou d’interrogations

Plus vous faites de demandes de crédit plus cela affecte négativement votre pointage.

 

Le problème :

  • C’est un cercle vicieux : plus le pointage d’une personne est faible, plus elle risque de devoir faire de demandes pour obtenir du financement. Ces multiples demandes auront un impact négatif sur son pointage. Pour cette raison, elle devra probablement recourir à du financement parallèle, comme des prêts à très haut taux d’intérêts, duquel elle pourra difficilement se sortir.

 

  1. Les types de crédit

Diversifier son crédit serait une façon d’améliorer son pointage. Exemple : avoir une carte de crédit en plus d’un prêt ou d’une marge de crédit.

 

Le problème :

  • Encore une fois, on incite les gens à utiliser du crédit dont ils n’ont pas toujours besoin.
  • Une personne qui n’a pas de carte de crédit et de prêt, et qui décide de payer sa voiture comptant aura un pointage moins bon que quelqu’un qui choisit de la faire financer à moyen terme par manque d’argent.

 

Sans bon pointage de crédit, point de salut

Aujourd’hui, le système de pointage de crédit est devenu une vraie prophétie autoréalisatrice : un mauvais pointage entraîne souvent l’utilisation du crédit à des taux d’intérêts importants, ce qui augmente les chances de défauts de paiement. À son tour, cette situation risque d’entrainer un moins bon pointage de crédit. Et en bout de ligne, ce sont les banques et les requins de la finance qui en profitent. Avoir un mauvais pointage de crédit, c’est être pratiquement assuré d’entrer (ou de rester pris) dans un cycle d’endettement ruineux. Les personnes qui n’utilisent pas le crédit sont, elles aussi, pénalisées. Les bureaux de crédit se trouvent donc à stimuler l’utilisation généralisée du crédit.

De plus, les pointages de crédit fournis par Equifax et TransUnion ne servent pas à grand-chose à part stresser les consommateurs parce que les prêteurs utilisent généralement leur propre méthode de calcul. D’ailleurs, d’un bureau de crédit à l’autre, le score peut changer parce qu’ils n’ont pas tous les mêmes informations.

Et c’est sans compter que, selon une étude, 25% des dossiers de crédit comporteraient des erreurs. Le pointage de crédit est calculé à partir des données du dossier de crédit et est un indicateur important dans la détermination des taux d’intérêts. Ces erreurs causent donc probablement des charges supplémentaires en frais d’intérêts payés par les consommateurs, ignorant de ces erreurs.

Compte tenu du peu de fiabilité du pointage de crédit et de ses conséquences potentielles sur le surendettement des ménages, il est grand temps de réfléchir à l’importance que l’on accorde collectivement à cette compilation de données. Ne devrait-on pas retirer à Équifax et TransUnion le droit de collecter et partager autant de données sensibles à notre sujet?