24 novembre 2017 – journée sans achat

Le «Black Friday» ou … le Vendredi fou sonnera bientôt à vos portes! Pourquoi pas une journée sans achat ?

 

Journée sans achat

 

Le « Black Friday » ou «vendredi fou» nous vient de nos voisins États-Uniens. Lors de cette journée (qui s’étale sur toute la fin de semaine), les consommateurs peuvent «profiter» de supers aubaines… au détriment, bien souvent, de leur portefeuille.  En effet, cette tradition incite les consommateurs à dépenser des sommes d’argent parfois assez importantes sur des choses qui sont, la plupart du temps, bien moins utiles qu’on le croyait au magasin. C’est d’ailleurs souvent le cas quand on achète sous la pression des rabais.

C’est pourquoi nous vous proposons une journée dite sans achat qui se trouve à être la même date que le Vendredi fou. L’idée, c’est de ne rien acheter en ce vendredi afin de réfléchir et de résister au phénomène de surconsommation. Les statistiques parlent d’elles-mêmes. En effet, selon le National Retail Federation, en 2015,

  • 1/3 des Américains prévoyaient magasiner lors du Vendredi fou
  • 80 % des jeunes âgés de 18 ans à 24 ans avaient l’intention de profiter des soldes du « Black Friday »
  • En moyenne, les consommateurs ont dépensé 380$

Ces chiffres ont de quoi nous inquiéter!

 

Les compagnies ont-elles vraiment notre santé économique à cœur en nous offrant de supers aubaines ?

Cette journée sans achat vise également à sensibiliser la population au côté plus sombre des corporations, qui harcèlent notre chèque de paie avec leurs publicités. Cette situation est encore plus marquée lors du Vendredi fou. En effet, pour les compagnies, il y a toujours de bonnes raisons pour magasiner. Que ce soit un meilleur forfait pour votre cellulaire, un frigidaire plus performant ou un matelas qui correspondraient mieux à vos besoins, les commerçants ne sont jamais à court d’arguments. Or, qui sont-ils pour connaitre NOS besoins ? Il faut prendre un pas de recul afin d’avoir une vision différente de ce Vendredi fou et commencer à prendre des décisions de consommateur vigilant.

 

JSA

 

 

En réalité, s’il n’y avait pas cette fameuse journée du Vendredi fou, auriez-vous quand même acheté ce nouvel ordinateur qui remplacera celui qui fonctionne déjà chez vous ? Cette question qui peut sembler paternaliste, n’a rien de banal.  L’image ci-dessus nous parle énormément, car personne n’est à l’abri de la surconsommation. À un point ou un autre de notre vie, nous tombons tous dans le piège des publicités et nous oublions, l’instant d’un achat, que nous avions peut-être déjà beaucoup de dettes ou de factures à payer.

 

Quoi faire face à cette société de surconsommation ?

Il n’y a pas de formule magique. Cependant, vos actions en tant que consommateur comptent beaucoup. En participant à la journée sans achat, vous êtes différents d’un consommateur traditionnel typique. En effet, si vous y participez, c’est que vous avez pris une décision, non pas d’arrêter de consommer, mais de consommer d’une autre façon. Vous pouvez décider de réparer un objet ménager ou de l’acheter usagé au lieu d’en magasiner un neuf. Vous pouvez également cuisiner à la maison plus souvent afin de préparer vos repas. 

Bref, il ne s’agit pas de s’enfermer chez soi et de ne rien consommer. Ce court article visait simplement à vous encourager à ne rien dépenser le 24 novembre prochain, journée du Vendredi fou afin de, notamment, contribuer au partage équitable des richesses dans notre société et de respecter vos capacités budgétaires. Bien entendu, toutes les raisons sont bonnes pour participer à cette journée. Quelles sont les vôtres?